Date limite d'utilisation optimale

Date limite de consommation

Éviter le gaspillage alimentaire en comprenant la péremption

Le respect de la péremption des aliments permet à tous d’éviter le gaspillage alimentaire. Chaque année, plusieurs tonnes de nourriture sont jetées puisque devenues impropres à la consommation, notamment après un dépassement de date limite de consommation. Pourtant, quelques gestes simples, comme une bonne compréhension des abréviations sur les dates limites d’utilisation ou de consommation, suffiraient pour limiter le gaspillage, aussi bien pour faire des économies que pour respecter l’environnement.

DLUO, date limite de consommation… Quelques gestes simples suffisent à comprendre la péremption des aliments, pour permettre une consommation raisonnée et une lutte contre le gaspillage alimentaire. Respect des abréviations, de la chaîne du froid… Retrouvez tous nos conseils pour bien comprendre les délais de consommation de tout type de denrées alimentaires.

DLC, DLUO, DDM… Quelles différences?

La différence entre la Date Limite de Consommation (DLC) et la Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO, récemment renommée Date de Durabilité Minimale ou DDM ) est très importante, dans la mesure où elles n’ont pas le même impact sur la santé.

Les denrées alimentaires indiquant une DLUO peuvent être consommées plusieurs semaines après la date indiquée, sans risque pour la santé, mais elles peuvent toutefois perdre en qualité (texture, goût…).

La DLC, quant à elle, indique une date maximale de consommation. Au delà de cette date, la consommation présente un réel risque sanitaire.

La plupart des produits frais et des produits laitiers sont consommables selon une DLC, qui doit impérativement être respectée.

La date de péremption est obligatoire sur toutes les denrées

La date de péremption est indispensable pour le consommateur, qui la consulte systématiquement avant d’acheter un produit alimentaire. Si les premiers affichages de DLC en France remontent au début des années 60, ce n’est qu’au milieu des années 80 que l’affichage devient obligatoire.

Cet affichage de DLC, s’il peut prendre différentes formes (taille et type de caractères…), doit en revanche être lisible et situé sur la surface la plus visible de l’emballage.

Par ailleurs, une mention précisant où trouver la DLC du produit doit apparaître dans son descriptif ( à consommer de préférence avant : voir sur le couvercle par exemple).

Comment se fier à la date limite de consommation ?

Si la DLC est facilement repérable sur un produit alimentaire, il est en revanche plus complexe de faire facilement la différence entre DLC et DLUO (ou DMM). En effet, très peu de denrées alimentaires portent la mention DLC ou DLUO.

Toutefois, une formule récurrente au niveau de la date limite de consommation indiquée permet de les différencier : la formule « à consommer de préférence avant le …… » indique une DLUO, tandis que les formules « à consommer jusqu’au …… » ou encore « à consommer avant le …… » précisent les DLC, les dates à partir desquelles les produits deviennent impropres à la consommation et présentent un risque sanitaire.

C’est la notion d’impératif ( « jusqu’au…, avant le… » ) qu’il faut retenir dans la lecture d’une information concernant la date limite de consommation ( DLC), contrairement à la suggestion ( « de préférence… ») d’une date de durabilité minimale (DDM).

Quels sont les gestes à adopter pour optimiser les dates de consommation ?

Les dates minimales ou limites de consommation permettent avant tout de connaître la dangerosité potentielle d’un aliment, mais également d’optimiser sa consommation. Il est préférable de sélectionner un produit à une date limite de consommation relativement éloignée pour éviter le gaspillage. Attention toutefois à ce que cet éloignement de consommation ne fasse passe l’effet inverse (un oubli étant vite arrivé…).

Même si une date de péremption est respectée, veillez avant tout à ce que la chaîne du froid ne soit pas rompue (lorsqu’un aliment devant être conservé au frais est stocké à une température supérieure à celle indiquée sur l’emballage).

Par ailleurs, pour optimiser votre consommation, pensez à organiser régulièrement vos placards et votre réfrigérateur (plusieurs fois par semaine), en mettant en avant les produits ayant une date de péremption plus courte, pour les consommer plus facilement, et donc limiter leur perte.

Ces quelques explications permettent de s’y retrouver plus facilement dans le jargon de la péremption des aliments. Moyennant quelques gestes simples, il est désormais plus simple de faire ses courses de manière plus raisonnée, limiter un gaspillage alimentaire, et ainsi faire de réelles économies sur un budget mensuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *